cTriste vérité

Souffrance de toi,

Ma vie est ivre.

Pareil à la douleur,

De ces cruels mensonges;

Qui me brise en moi.

Comme une illusion qui m'enivre.

Tel le poison de la peur.

Auquel, je songe?


Reflet pâle en ce miroir.

Souvenir vague de lumière.

D'un ancien éclat d'avenir.

Pourquoi ce rêve évadé,

Ne me laisse point d'espoir.

De vivre après ses jours amers.

Encore un seul moment de plaisir,

Comme si jamais ils n'avaient existé.


Quelle est cette langueur?

Qui me blesse!

Au plus profond,

De mon âme souillée!

Comment souder ce cœur ?

Que le temps laisse,

À l'hiver trop long,

En souvenir des plus beaux étés.

YCD - 10 février 1997