Yannick-Carl Demers Été 2020
Yannick-Carl Demers Été 2020

L'art et moi

Mon père a toujours été un photographe d'exception qui cherche à rendre l'image la plus réelle, la plus parfaite et la plus fidèle possible de son sujet. De ses photos de voyages, aux portraits de familles. Il m'a appris une chose, le plaisir de capturer le temps et de le figer sur de la pellicule et maintenant sur du numérique

Ma philosophie est bien différente, j'aimerais de citer une œuvre que j'ai écrite:

« Le photographe fige le souvenir avec une précision fautive, car plus le reflet semble devenir clair, moins les idées le sont. L'œuvre naît plutôt du flou qui émane d'un souvenir bien altéré par l'esprit. Celui même qui perd sa rigueur quand le cœur lui suggère la vue. »' Le regard des choses. Yannick-Carl Demers, 2001.

Wikipédia m'apprend que ma façon de travailler se résume un peu ainsi :

« La parallaxe est l'impact d'un changement d'incidence d'observation, c'est-à-dire du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'effet du changement de position de l'observateur sur ce qu'il perçoit. »'

Donc en gros mes œuvres sont composées d'art numérique. De dizaines à plusieurs centaines de photographies, qui subissent des changements de parallaxes, de couleurs, d'effets visuel, qui sont coupées, inversées, superposées et repeintes. Je dessine par-dessus avec des couleurs, du fusain, des pastels, des effets et ma meilleure amie est la lumière. Tout cela sur mon mobile, dans un lieu où l'ambiance y est propice, le tout agrémenté d'une musique inspirante et l'eurêka me vient. Les photographies sont de ma capture au gré du vent à 90 %. Dali est mon artiste préféré et on le ressent clairement au fil de mon œuvre, bien que Monet ait laissé sa trace aussi.

Voilà je vous laisse sur les œuvres et je l'ai accompagné de ma poésie.


Yannick-Carl Demers