cBarrage

L'idée maîtresse d'une pensée se traduit par la valeur de celui qui la défend.


J'apportais mon eau au moulin

Mais en aval, on m'a fait barrage

Je suis l'aorte, le sel marin

Un amour qui fait naufrage


L'eau, la vie, le sang, la terre

Mon cœur, le sien, le nôtre


Le goutte-à-goutte des idées

Tourne et tourne la roue

La note est aiguë et le son est léger

L'aube est le matin des fous


Le toc-toc de l'eau sur le chaudron

Le son qui ne finit jamais


Je donne de ce cœur en vain

Mais sur la route, j'ai pris un détour

Je suis l'aorte, la coupe de vin

La gorgé de ce nouvel amour


La main tendue vers l'océan

L'espoir qui ne regarde que demain


L'âge des sages est révolu

L'erreur n'en est pas moins fatale

J'aurais dû, je t'en voulus

Éviter de faire du mal


Le choc des idées

La culpabilité au goût amer


J'ai cultivé ce champ sans fin

Le temps des labours s'en vient

J'étais l'aorte, le courant marin

Comme il tournait bien ce moulin


Le doute, le doute, le doute

La peur, la peur, la peur

Vive la république des silences qui en disent trop


YCD 2007